scroll down
︎︎︎






THE BAKER AND THE BARONESS

(GENEVA 2021)


The Baker and the Baroness est est une performance où une baronne sucromane nous introduit au boulanger du SAD BREAD, qui est maintenant son employé. Il est devenu addict aussi et ne voit plus aucun sens dans sa vie, qui consiste à faire des gâteaux à go-go pour pour la baronne. Suicidaire mais incapable à passer à l’acte, il procrastine en cachant des notes de suicide dans les gateaux qu’il prépare pour la baronne et ses invitéexs. Cette fois-ci, la baronne lis a haute voix le note de suicide #32 à ses invitéexs, qui décrit comment le goût (pour le sucré) lui a été appris, comment il l’incarne et comment il le prend en otage.










SAD BREAD

(GENEVA 2021)


SAD BREAD est la fable d’un boulanger qui fait du pain triste. Tout commence quand il se trouve un jour, par hasard, dans une manifestation où il se prend un jet de lacrymogène et à partir de là, ne peut pas s’arrêter de pleurer. Suite à cela, il devient une sorte de symbole de la résistance. Il fait du pain - salé par ses larmes, pour nourrir le peuple mais aussi pour faire passer des messages cachés dans la mie, pour annoncer les actions des révolutionnaires. Ensuite, il doit retourner dans son île natale, mais son pain devient une curiosité touristique, une attraction commerciale. Il ne se pose pas trop de questions, jusqu’à ce qu’il reçoive un message anonyme qui est à la fin du texte adressé également aux lecteuricexs : Qui est-ce que tu nourris, et avec quoi ?

La lecture dramatique du texte a été poursuivie par une mini-conférence sur les rôles différents dans la société qui ensemble font une ‘soupe à l’alphabet’.











PHONE BOX

(OSLO 2017)


Cue two strangers. They have a telephone conversation - anonymous, nameless, faceless. One of them speaks of recent deaths in her family, the other commiserates and talks about the healing process of communal grieving. They have never met, nor are they likely to. 

Phone Box was an interactive performance work in which several one-to-one conversations took place over several days in Oslo. Participants were invited to step into the phone box and pick up the phone, where a Stranger was waiting on the other end of the line to speak with them. The Strangers would then open with a personal story before asking the Participants questions to engage them in conversation.

THE STRANGERS:
Y talks about a traumatic experience in which a girl she was partying with died of a drug overdose and how her perception of time was altered.

K reflects on how language has shaped his awareness of gender and reveals others’ changing perception of his gender as a transgender person.

D talks about the death of her grandfather and the conflict she feels between the community-based life he lead and her own more individualistic pursuits.

M recounts the public shaming of her friend who fell pregnant and was expelled for it, then muses over different forms social control.

L talks about bullying she endured in school, how it affected the way she saw herself and how her art education later helped her come to terms with herself.